Alfred Loisy (1857-1940)
  Qui était Alfred Loisy ?
Champenois, prêtre catholique romain,
excommunié par son Église (en 1908), savant exégète, un des fondateurs de l'Histoire moderne des religions, professeur au Collège de France, philosophe réformateur... Voilà bien des raisons de redécouvrir les routes aux yeux de certains: les chemins de traverse, qu'en toute bonne foi il a voulu tracer.
Le 7 mars 1908 Rome excommunie Loisy
"Tout le monde sait que le prêtre Alfred Loisy, habitant dans le diocèse de Langres, a enseigné et publié des théories qui ruinent le fondement même de la foi chrétienne..." Début du décret promulgué par le Saint Office le 7 mars 1908.
Who was Alfred Loisy?  
Native of Champagne, Roman Catholic priest,
excommunicated by his Church (in 1908), biblical scholar, one of the founders of the modern history of religions, professor at the Collège de France, revisionist philosopher . . . Here are many reasons to draw attention once again to what some have thought of as highways, the countercultural paths that he, in all good faith, wanted to mark out.

On March 7, 1908, Rome excommunicates Loisy: "It is well known that the priest Alfred Loisy, living in the diocese of Langres, has taught and published theories which demolish the foundations of the Christian faith . . ." Beginning of the Decree promulgated by the Holy Office on March 7, 1908.

NOUVEAU !! le livre de Jacques Musset- Sommes-nous sortis de la crise du modernisme? . Voir page Etudes, Recherches et Travaux en cours


Le samedi 4 mars 2017 Eric Krezel maire de Ceffonds (Haute Marne)
a dévoilé une plaque apposée sur la maison où Alfred Loisy séjourna jusqu'à la fin de sa vie.
Voir les photos

Monsieur le maire Eric Krezel et Frédéric Amsler président de la SIEAL

Des habitants de Ceffonds


Présentation par Emile POULAT
Directeur d'études à l'École des
Hautes Études en Sciences sociales.
ALFRED LOISY (1857-1940)
Aucune rue à Paris, ni en France, ne porte le nom d'Alfred Loisy qui a pourtant laissé dans l'histoire un nom inoubliable. Voici exactement un siècle, il était le personnage central, à son corps défendant, d'un choc dramatique entre la culture catholique traditionnelle et la nouvelle culture laïque, issue des Lumières et de ses effets au sein de l'Église catholique.
Ce choc de la culture héritée avec la culture moderne a trouvé tout naturellement son nom : le modernisme, dont le pape a solennellement condamné les "erreurs" par l'encyclique Pascendi, le 8 septembre 1907. Mais avant de dire "modernisme", on a commencé par dire loisysme, et même, par une métathèse naturelle, "loysisme".

De quoi s'agissait-il ? La Bible était l'ouvrage de référence de toute culture chrétienne. Elle était à la fois - et, semblait-il, inséparablement - parole de Dieu et représentation du monde, la première garantissant la seconde.
Cette représentation du monde a été mise en cause par ce qu'on a appelle les découvertes de la science et, corrélativement, la formation d'un esprit nouveau dit scientifique, fondé sur l'observation et l'expérimentation. Le premier coup de tonnerre dans un ciel serein fut l'affaire Galilée, c'est-à-dire la nouvelle astronomie. Le second sera l'apparition de la paléontologie, remettant en cause l'ancienneté de l'homme et donc la date de la création du monde. Le troisième sera Darwin et l'évolution des espèces, par opposition au "fixisme" et au "créationnisme" attribué à la Bible.
Lire la suite....

Presentation by Emile POULAT
Director of Studies at the École des
Hautes Études en Sciences sociales
ALFRED LOISY (1857-1940)
Nowhere in Paris or in the whole of France is there a street called after Alfred Loisy who has, nonetheless, left a name not to be forgotten in history. A century ago and against his will, he became the center of a dramatic clash between traditional Catholic culture and the new seclar culture, resulting from the Enlightenment and its effects within the Catholic church.

The cultural clash that was inherited along with modern culture naturally became known as Modernism, whose "errors" the pope solemnly condemned in the encyclical Pascendi, promulgated on September 8, 1907. But before saying "Modernism," said "Loisysme", and even, by a natural metathesis, "loysisme".

Read the rest....

L’historien et sociologue Émile Poulat est mort samedi 22 novembre 2014 à Paris,
à l’âge de 94 ans.
Une vie dans le siècle consacrée à l’étude du catholicisme contemporain.

Emile Poulat s’est éteint le samedi 22 novembre 2014, au terme d’une vie consacrée à une carrière scientifique exceptionnellement longue et féconde, qui teinte notre tristesse de reconnaissance profonde.

La Société internationale pour l’étude d’Alfred Loisy tient à rendre hommage à Emile Poulat, à l’historien et au sociologue du catholicisme français contemporain, au pionnier surtout de l’étude de la crise moderniste, dont aujourd’hui encore les traces ne sont pas complètement effacées.

Emile Poulat a apporté une contribution majeure à la compréhension de cette crise qui a déchiré le catholicisme romain au début du XXe siècle et il n’est pas exagéré d’affirmer qu’il a réussi à transformer ce conflit ecclésial traumatisant en objet d’étude scientifique. Pour ce faire, Emile Poulat a été un observateur particulièrement bien placé.

En tant que prêtre, il a vécu de l’intérieur une autre crise, celle des prêtres-ouvriers, avant de se retirer du ministère, mais point de l’Eglise catholique romaine, pour embrasser une carrière scientifique en sociologie muni d’un doctorat en théologie. Il serait commode de parodier Ernest Renan en disant que pour comprendre la crise moderniste, il faut avoir été prêtre et ne plus l’être.

Mais à l’expérience, encore faut-il ajouter l’intelligence pour être en mesure de construire un questionnement critique. Jamais tenté ni par le témoignage à chaud ni par la description froide, Emile Poulat s’est mû dans l’entre-deux, pourrait-on dire, de la critique empathique.
Cette distance critique, Emile Poulat l’a acquise par la sociologie et l’histoire, dont il a su reconfigurer les méthodes afin d’adapter leurs questionnaires à son objet. Originale, l’approche d’Emile Poulat ne s’est pas contentée d’être descriptive pas plus qu’elle ne s’est égarée hors des sentiers battus, mais, par une subtile conjugaison des méthodes, s’est toujours efforcée d’être compréhensive en cherchant à capter de l’intérieur la pensée des acteurs.

Dans l’écheveau des projets biographiques de et sur Alfred Loisy, Emile Poulat a ainsi dégagé une clé de lecture pour comprendre l’humanité complexe du savant champenois. A cette intelligence des hommes, Emile Poulat y parvenait grâce à une connaissance approfondie des sources, soutenue par une mémoire confondante.
Participer à des colloques scientifiques en sa compagnie était un délice. Quand les discussions menaçaient de s’enliser faute de matière, on pouvait être sûr qu’Emile Poulat citerait telle lettre ou tel autre document inédit pour éclairer les problèmes d’une lumière nouvelle.
Ce n’était pas érudition écrasante, mais une science légère volant sur les ailes d’une intelligence qui entraînait à sa suite les consciences éveillées.

La Société internationale pour l’étude d’Alfred Loisy, dont il assurait en quelque sorte le haut patronage intellectuel, se souviendra avec reconnaissance de tout ce qu’elle lui doit.

Frédéric AMSLER, le président de la SIEAL


 

Copyright © 2017
Pour toute question ou problème concernant ce site Web, envoyez un email à [Emmanuel Silvy].
Dernière modification : 26.04.2017






alfred loisy, emile poulat, origines chrétiennes, ambrières, enseignement biblique, ceffonds, college de france, bibliographie alfred loisy, l'evangile et l'eglise, autour d'un petit livre, choses passees modernisme catholique, crise moderniste, bremond, essence du christianisme, societe internationale d'etudes, talar, american academy of religion, histoire et verite, loisy et la guerre, origines du christianisme, mgr mignot, louis duchesne, laberthonniere, excommunication, saint office, serment anti moderniste, condamnation, rome, frederic amsler, exclusion ideologique, tombe alfred loisy, landricourt, autel personnel d'alfred loisy, mort d'alfred loisy