Sa vie

Enfance
Jeunesse
Séminaire Châlons sur Marne
Etudes à Paris
Professeur à l'Institut Catholique de Paris

Alfred Loisy, son berceau champenois / Vidéo réalisée par Pierre Leroy, et Michel That
Renvoi de l'Institut Catholique de Paris
Condamnation de ses oeuvres
Professeur au Collège de France
Excommunication
Enterré à Ambrières (51)

Le mystère de l'abbé Loisy


[Le texte qui suit est constitué d'extraits de l'œuvre autobiographique d'Alfred Loisy reprise plusieurs fois et à des moments différents de sa vie : d'abord dans
Choses passées, Paris, Émile Nourry, 1913 ; puis dans les trois gros volumes des Mémoires pour servir à l'histoire religieuse de notre temps (1857-1927), Paris, É. Nourry, 1930-1931 enfin dans une notice publiée par Émile Poulat dans Critique et mystique. Autour de Loisy ou la conscience catholique et l'esprit moderne, Paris, Le Centurion, 1984. Ce montage a été établi par Pierre-E. Leroy, maître de conférences au Collège de France et président de l'association. Il l'a lu en public, le 3 octobre 2003, à la chapelle de la Maison Saint-Joseph, à Châlons-en-Champagne, lors du colloque organisé par l'Association et intitulé : Histoire et vérité : Loisy à l'épreuve du temps ; cette lecture était entrecoupée de morceaux musicaux interprétés par l'ensemble Polyfolia de Châlons]


1- Jusqu'au sacerdoce

La Marne, en sortant de Saint-Dizier, s'infléchit légèrement vers le sud et vient longer le pied des coteaux boisés ou plantés de vignes qui dominent de ce côté le fertile Perthois. Elle passe devant l'antique chapelle de Saint-Aubin, un saint à pèlerinages, et qui fait encore quelquefois des miracles ; puis c'est, en avançant à l'ouest, le petit clocher de la Neuville-au-pont, moins haut que les arbres qui l'entourent ; plus loin, la vieille église d'Ambrières, qu'on dirait prête à tomber de l'escarpement où elle se dresse, veuve de ses nefs latérales, dépourvue de clocher, avec son portail mutilé comme si la hache y avait passé. Après un crochet vers le bourg de Perthes, la rivière paresseuse se rapproche des hauteurs, au-dessous de l'ancienne abbaye de Haute-Fontaine, et bientôt, la barrière de colline disparaissant, elle s'avance lentement à travers les plaines unies de la Champagne. C'est à Ambrières que je suis né. Ma maison natale est la dernière du village, un peu à l'écart, faisant pendant à l'église, du côté de Haute-Fontaine, avec une vue très agréable sur le cours sinueux de la Marne et sur les villages de la vallée. Mes ancêtres ont vécu là depuis les premières années du siècle dernier. Ils étaient cultivateurs, de père en fils. Au moins depuis le commencement du XVIIIe siècle, les Loisy étaient fermiers des moines de Haute-Fontaine, et leur clan prolifique avait essaimé dans les hameaux d'alentour. Les moines partis, mon arrière-grand'père n'avait pu s'entendre avec l'acheteur de biens nationaux qui les avait remplacés, et il était venu s'établir à Ambrières. Il ne semble pas que la souplesse de caractère ait jamais été le trait dominant de la famille. Brave gens, grands travailleurs, aimant la terre et sachant la soigner, un peu fiers peut-être pour leur condition, tels étaient les aïeux dont je viens. J'ai hérité de leurs goûts, mais non de leur vigueur. Moi aussi j'aurais aimé travailler la terre, et même à présent je ne m'y ennuierais pas du tout si mes forces me le permettaient. Elles ne me l'ont jamais permis…..

Consulter ou télécharger l'intégralité du texte au format Pdf - 15 pages

Quelques étapes de sa vie et de son oeuvre


L'Institut Catholique - Paris
Programme de l'enseignement biblique, publié dans le numéro de janvier-février 1892 de la revue " L'enseignement biblique " (Revue bimestrielle fondée par Alfred Loisy)

Personne assurément ne s'étonnera de nous voir appliquer la méthode historique et critique à la science scripturaire. Ce n'est pas que nous perdions de vue le caractère surnaturel des livres saints, ni les principes dogmatiques qui sont la règle infaillible de l'exégèse ; nous ne faisons que nous conformer aux nécessités du temps présent. " Il est une chose qu'un théologien ne saurait être, écrit M. Renan, je veux dire historien. L'histoire est essentiellement désintéressée. L'historien n'a qu'un souci, l'art et la vérité…Le théologien a un intérêt, c'est son dogme. Réduisez ce dogme autant que vous voudrez, il est encore pour l'artiste et le critique d'un poids insupportable. Le théologien orthodoxe peut être comparé à un oiseau en cage : tout mouvement propre lui est interdit. Le théologien libéral est un oiseau à qui on a coupé quelques plumes de l'aile. Vous le croyez maître de lui-même et il l'est en effet jusqu'au moment où il s'agit de prendre son vol. Alors vous voyez qu'il n'est pas complètement le fils de l'air "
Ce passage de la préface à la Vie de Jésus contient beaucoup d'erreurs ; mais ce sont des erreurs très répandues et qu'on ne réfutera pas efficacement avec des syllogismes. On nous pose en effet qu'un théologien ne peut pas être historien, dans le sens complet du mot, lorsqu'il s'agit de l'histoire biblique. C'est à nous, théologiens, de prouver le contraire par le fait, en montrant que nous sommes capables autant que d'autres de faire la critique, de la critique sincère, et même, en un sens très vrai, de la critique libre, parce que sur le terrain de l'histoire biblique, comme en tout autre sujet, la foi dirige, sans le gêner, les investigations de la science, et que les conclusions certaines de la critique ne peuvent pas être en opposition avec les données de la foi.


Lettre de Loisy au Père Savi, communauté des Barnabites de Rome
(Recueillie par Elisabeth Scheele).

Ambrières, le 29 juillet 1892

…. "Mes Mythes chaldéens* vous ont un peu effrayé, je le sais bien. ……Il y a dans ma brochure une opinion que je crois certaine et une hypothèse. L'opinion consiste à dire que les premiers chapitres de la Genèse n'ont pas précisément le caractère d'un document historique, la valeur principale des récits consistant dans l'idée qu'ils servent à mettre en relief. On n'a pas besoin de l'assyriologie pour démontrer cela. Dés lors il importe peu que les éléments narratifs aient été inventés par les auteurs bibliques (hypothèse invraisemblable) ou qu'ils aient été puisés dans une tradition soit spécialement juive, soit sémitique. Il y a chance pour que certains de ces éléments (non l'idée qu'ils font valoir) proviennent de l'ancienne tradition sémitique, ou pour parler plus exactement, ses légendes chaldéennes : voilà l'hypothèse."

*Voir dans la bibliographie la notice n°7
En octobre 1892, le Supérieur de Saint Sulpice, interdit à ses étudiants d'assister au cours d'Ecriture Sainte de Loisy à l'Institut catholique de Paris parce qu'il contestait le caractère historique des premiers chapitres de la Genèse.



La retraite à Ceffonds
Alfred Loisy s'installe à Ceffonds vers la fin avril 1907. Voici ce qu'il écrivait à Albert Houtin quelques jours auparavant :
" Je vais être propriétaire d'une maison sise à Ceffonds, prés Montier-en-Der, Haute Marne. Ceffonds est comme un faubourg de Montier-en-Der, dont il n'est séparé que par le chemin de fer. Je suis à deux pas de la gare et à sept ou huit minutes de ma sœur. Ma maison est élevée sur cave et sous-sols, donc très saine ; il y a un petit parc avec des arbres, une basse-cour, un potager. "
La soutane que portait encore M. Loisy lorsqu'il vint habiter Ceffonds lui créait des devoirs de politesse envers la hiérarchie ecclésiastique. Mais, comme il se sentait sur le point de quitter l'Eglise, il crut inutile de se mettre en rapport avec ceux qui la représentaient dans le pays qu'il allait désormais habiter. Il n'informa donc pas de son arrivée l'évêque de Langres, Mgr Herscher, prélat tolérant, qui ne demanda qu'à ignorer ce prêtre en situation peu canonique. Il ne fit pas de visite aux curés de Ceffonds et Montier-en-Der et comme il se croyait tenu, à raison de son costume, d'assister à la messe le dimanche, il n'accomplit pas cette observance à Ceffonds, où l'on ne célèbre qu'une grand-messe ; il se rendait à Montier-en-Der à une messe basse, qu'il entendait mêlé à de rares fidèles.
Il ne sortait qu'avec l'habit ecclésiastique. Chez lui, il était ordinairement en civil. Les villageois le prirent pour un curé retiré du métier, et comme le métier leur semblait désagréable et mauvais, ils ne pouvaient que l'approuver.
Il conserva sa vieille manière de vivre : le matin, rédaction de ses livres et préparation de ses publications ; après déjeuner, longue promenade sur la grand'route ; le soir, lecture de livres nouveaux et rédaction de comptes-rendus. Il se couchait toujours à 8h ½ .
Extrait de " Alfred Loisy, sa vie - son œuvre " Albert Houtin, Félix Sartiaux, publié par Emile Poulat, Paris, 1960, p. 140,141


Le Collège de France
Le professeur (M. Loisy) commença son cours, en décembre 1909, avec une assistance de trois cent personnes ; il acheva l'année scolaire avec une cinquantaine de fidèles. Cette réduction le détermina, l'année suivante, à prendre une salle moins grande : celle où enseigna Renan. Il n'eut plus guère qu'une trentaine d'auditeurs, la plupart moins attirés par l'histoire du sacrifice que par le désir de recueillir des à-côtés piquants, des allusions ou de discrètes échappées sur le christianisme.

L'assiduité n'était d'ailleurs pas sans mérite. Le maître ne s'efforçait jamais de remédier à l'aridité du sujet. Il différait probablement de Renan, qui usait de l'ancienne phrase française, nuancée, enveloppante, parlait haut et lentement pour toute l'assistance. M. Loisy avait le débit précipité, haché, la voix frêle. Pour peu qu'on fût éloigné de sa chaire, on le suivait difficilement. Il fallait du temps pour se faire à sa prononciation de paysan champenois, qui dit les O comme des A et laisse tomber des lettres essentielles. Bien qu'il eût soigneusement préparé le fond de ses leçons pendant les vacances et les eût longuement méditées, chacune semblait une improvisation. Il discuter minutieusement des textes, et disséquait des faits. Ses ironies ne pouvaient guère être goûtées que par ceux qui en connaissaient les intentions malicieuses.

Extrait de " Alfred Loisy, sa vie - son œuvre " Albert Houtin, Félix Sartiaux, publié par Emile Poulat, Paris, 1960, p. 173.



La maison natale: Ambrières

La campagne aux alentours d'Ambrières

Le séminaire de Châlons sur Marne

Landricourt, où il fut curé



La tombe d'Alfred Loisy - Ambrières


Retour en haut    

Copyright © 2017
Pour toute question ou problème concernant ce site Web, envoyez un email à [Emmanuel Silvy].
Dernière modification : 06.01.2017