Livre numérique d'Elisabeth Scheele

Elisabeth Scheele a soutenu en Sorbonne un doctorat de 3e cycle "Le discours aux morts de Jean Giraudoux", publié chez Peter Lang, dont les comptes rendus ont été faits par Charles Dédéyan dans la Revue d'histoire littéraire de la France, et Nathalie Barbier, et un doctorat nouveau régime Le drame " La guerre de Troie n'aura pas lieu" de Jean Giraudoux.

Glorification et procès de la guerre dans la littérature depuis Homère jusqu'à nos jours.
Elle a participé à plusieurs colloques en Sorbonne et à l'étranger.
Elle a publié de nombreux articles sur Giraudoux, la réception d'Homère et sur Stendhal.
Elle est intervenue dans le colloque Histoire et vérité : Alfred Loisy à l'épreuve du temps en 2003 avec une communication sur Alfred Loisy et la guerre.
Elle continue actuellement à travailler dans ces domaines de recherche.
ISBN 978-3-00-054652-5
Le Centre National du Livre a apporté une aide à l'écriture de l'ouvrage d'un montant de 5000 Euros
 

I) Guerre et Religion de l’humanité chez Alfred Loisy - Introduction
Introduction La guerre est un sujet, hélas, toujours d’actualité, la guerre et le rêve de paix ont hanté l’esprit de l’humanité depuis ses débuts.
La réflexion de Loisy tient compte de sa tragique expérience de trois guerres, de celle de 1870/ 71, en passant par la Première Guerre Mondiale, jusqu’au début de la Deuxième.
Sa lucidité de prévision de la Deuxième Guerre Mondiale est frappante.
Ses oeuvres reflètent sa souffrance et l’antagonisme entre son pessimisme quant aux folies de l’histoire humaine et son espoir en un assagissement de l’espèce humaine, les espoirs et les illusions qu’il partage avec les fondateurs de la Société des Nations, et sa profonde déception quand il doit constater que son pire pessimisme a encore été dépassé par l’éclatement de la Deuxième Guerre Mondiale.
Il n’eut pas le bonheur de voir la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, il dut mourir à son début après une longue et douloureuse maladie.
Il n’eut pas la satisfaction de voir se réaliser ses utopies par les Nations Unies, bien qu’elles n’arrivent pas non plus à guérir totalement l’humanité de sa folie guerrière , il savait bien que la guerre est légitime contre les peuples agresseurs.
Il n’eut pas le bonheur de voir les progrès de l’humanité vers le chemin de la paix, de s’apercevoir que l’Europe semble avoir entendu son appel qu’« il faut battre le rappel de l’humanité ».

Consulter le document au format PDF en cliquant ici - 110 pages 560 Ko - Mise en ligne en octobre 2013
.
II) Guerre et Religion de l’Humanité chez Alfred Loisy - Livre Partie Anthologie
L’anthologie reprend la structure du livre, les textes de Loisy sont choisis selon ses chapitres.

Dans ses Mémoires se reflètent les guerres de son temps qu’il a vécues. Il fait la préface aux poèmes de commémoration en souvenir de jeunes soldats morts à la fleur de l’âge :

253. Geyraud, Pierre (pseud. de Raoul Guyader). Raoul Guyader, 253. Croyances mortes. Avec une lettre-préface de M. Alfred Loisy, professeur au Collège de France, 1924 :

Mon cher ami, Vos souvenirs de jeunesse ne sont pas exempts de mélancolie. (...) Vous avez dû abandonner la vocation qui semblait vous être venue d’en haut, mais c’est toujours vers les hauteurs que vous marchez. L’humanité aussi est un grand symbole et un grand objet de foi, une religion vraie. La foi qu’on a eue ne laisse ni regret ni remords quand on a conscience de ne l’avoir perdue que pour la regagner dans un plus grand devoir et une meilleure espérance. A. Loisy

Consulter le document au format PDF en cliquant ici - 201 pages 383 Ko - Mise en ligne en octobre 2013

.
III) Guerre et Religion de l’Humanité chez Alfred Loisy - Anthologie supplémentaire chronologique
5. Le Livre de Job, 1892

Dieu ne peut pas être injuste. Le maître du monde ne peut pas manquer à l’équité. C’est lui qui juge tout, et ses arrêts s’exécutent sur les nations comme sur les individus. (...) Attends humblement la décision du souverain juge. Dieu n’est pas indifférent aux affaires de ce monde. (...) Mais la souffrance est pour les justes une introduction à la félicité. (...) Garde-toi donc de perdre patience et de te souhaiter la mort. (...) Au lieu de le critiquer, il convient de le louer. (...) Pauvres mortels que nous sommes, nous n’avons qu’à révérer sa majesté. (29)

Outre que les prophètes Amos et Isaïe ont probablement connu Job, il ne paraît pas vraisemblable que, sous la menace du péril assyrien, un auteur israélite ait pu traiter avec une pareille liberté d’esprit la question de la justice providentielle à l’égard des individus, sans que le souci des jugements de Dieu sur les peuples soit venu compliquer le problème, ainsi qu’il arrive chez les prophètes et dans le discours d’Elihu. Or, depuis l’avènement de Téglatphalasar, en 745, la Palestine est constamment sous le coup de la terreur que répandent les armes d’Assur. (41)

Consulter le document au format PDF en cliquant ici - 495 pages 2198 Ko
- Mise en ligne en octobre 2013
.

 

Retour en haut   

Copyright © 2017
Pour toute question ou problème concernant ce site Web, envoyez un email à [Emmanuel Silvy].
Dernière modification : 06.01.2017